BAP

Le Forum Des Cinéphiles Gangsters
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Nos partenairesNos partenaires  

Partagez | 
 

 Predator 1 et 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
snake
Don Vito Corleone
Don Vito Corleone


Nombre de messages : 1436
Age : 27
Localisation : j'étais a New York en 1997, et a L.A en 2013
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Predator 1 et 2   Mar 27 Juil - 1:04



Revenons donc sur ce monument de la S-F, devenu culte pour toute une génération de cinéphiles, et surtout, seul remède à avoir pu me calmer après ma vision de Predators.

Projet produit par Joël Silver en 1987, le film est confié à un jeune réalisateur, qui n'avait jusque là réalisé qu'un seul film - Nomads - encore peu connu aujourd'hui. Au casting, on retrouve une bande de gros bras prets à jouer de la mitrailleuse: Arnold Schwarzenegger, Carl Weathers, ou encore Bill Duke. L'histoire suit un groupe de millitaires envoyé en pleine jungle sud-américaine libérer des hotages retenus par des guerrilleros, et qui sont tués les un après les autres par une créature mystérieuse.

Un pitch de nanar de vidéo club finalement plutôt bien écrit, qui assume jusqu'au bout le côté bourrin de ses personnages, sans tenter de les développer plus que celà, car la vraie star (avec Schwarzy) est bien le Predator. Ce que le script a bien écrit, et que le réalisateur met en évidence.

C'est ici que l'on arrive au point crucial, celui qui transforme ce pitch de série B en monument inégalable de la S-F. Ce point porte un nom: John McTiernan. Ce dernier transcende véritablement le script, gràce au génie de sa mise en scène. Avec ses cadrages déments de précision, son découpage hallucinant de maitrise, et sa gestion de l'espace inégalée, McTiernan nous fait pénétrer avec les persos dans l'histoire, et filme la jungle comme personne, la rendant plus intriguante et inquiétante à chaque plan. C'est également lui qui iconise en quelques plans le Predator, bien aidé également par le design génial de Stan Winston, et la gestuelle de Kevin Peter Hall. Aujourd'hui ces derniers sont de plus en plus regrettés.

Mais c'est surtout lui qui met en évidence le sous-texte du film, et transforme une simple série B en un véritable film sur la chasse, l'instinct de survie, et la bestialité de l'homme. Il met d'abord en scène des hommes armés et puissants, qui se retrouvent en difficulté face à une créature mieux armée et plus sophistiquée qu'eux, et qui finalement vont vaincre cette créature en revenant à l'état primaire et bestial. Tout cela condensé dans son dernier tiers et son combat final mythique, entre le Predator et Schwarzy, transformé instantanément en icone en poussant l'un des hurlements les plus puissants de l'histoire du cinéma.

Référence ultime en matière de s-f et de survival, bourrin, violent, bestial, avec un sous texte mis en évidence uniquement par sa mise en scène. Predator est le premier chef d'oeuvre de l'un des plus grands cinéastes de ces 30 dernières années. Sa mise en scène ridiculise 95% des blockbusters qui sortent aujourd'hui.

Définitif et indispensable!




Revenons également quelques instants sur sa suite, réalisée par Stephen Hopkins (Blown Away) en 1990.

Plus de McTiernan ni de Schwarzy, nouveau lieu également puisque l'on passe de la jungle à Los Angeles, transformé pour le coup en une véritable jungle urbaine.

Bien qu'incomparable au premier opus, ce Predator 2 est fort sympathique. D'une part, le film ne cherche pas à faire mieux que le premier, et se pose simplement comme un bon film d'action bien violent et fun, plutôt bien foutu, avec de bonnes tronches du cinoche ricain (Danny Glover, Gary Busey, Bill Paxton).

Enchainant les scènes d'action très violentes à un rythme soutenu, le film se laisse regarder sans problème, et apprend à être apprécié au fil du temps, vu la piètre qualité des épisodes ayant suivi.

Au passage, ce film a lancé la franchise Alien vs Predator avec son final, et le fameux plan du crane Alien comme trophée dans le vaisseau Predator.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mickey Willis
Don Vito Corleone
Don Vito Corleone


Nombre de messages : 4516
Age : 26
Date d'inscription : 21/08/2006

MessageSujet: Re: Predator 1 et 2   Sam 11 Déc - 3:00

Vu le 1 cet aprem.

Survival très efficace c'est vrai, mais qui prend surtout de l'interêt dans le duel Shwarzy-Predator. J'aime beaucoup le retournement de situation lorsque couvert de boue, Shwarzy "devient" le predator, et la bête devient la proie.

Un bon moment, 4/6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul Siry
Colonel Kurtz
Colonel Kurtz


Nombre de messages : 3592
Age : 24
Localisation : St Buryan
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Predator 1 et 2   Mer 19 Jan - 1:57

Predator, le genre de film à voir sans rien savoir avant. Après un court instant mystérieux et discret où on voit une arrivée extra-terrestre sur Terre, la première partie fait série B banale sur une bande de commandos d'élite potes qu'on appelle parce qu'ils sont les meilleurs, avec répliques, vannes et testostérone, ce qui ferait passer le film pour un préquel de Commando.
Le massacre du village est impeccable, se fait vite et sans problème, ils sont vraiment les imbattables. Et puis c'est le drame. La nature est oppressante et on sent une entité supérieure qui les observe et les élimine en une bouchée, Comme si elle ne faisait qu'un avec la jungle. C'est ce que j'ai aimé avec Predator: le retournement des rôles, Schwarzy, les forces spéciales passent de grands vainqueurs à trophée de chasse dépecés. Et arrivant à des moyens très primaires pour vaincre la bête, se couvrir de boue, construire des pièges système D.
Et ce Predator! Sûrement le monstre que je préfère: imposant, d'une discrétion absolue et omniprésent et ne pas savoir pourquoi il est là, ses motivations, ses actions, son intelligence (on voit bien qu'il choisit ses victimes et sa façon de tuer), sa technologie destructrice. Ne rien savoir de ses origines renforce sa terreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
snake
Don Vito Corleone
Don Vito Corleone


Nombre de messages : 1436
Age : 27
Localisation : j'étais a New York en 1997, et a L.A en 2013
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Predator 1 et 2   Lun 30 Mai - 1:37

Citation :
Ne rien savoir de ses origines renforce sa terreur.

Exact. Mais c'était une autre époque, j'ai l'impression dans le cinéma aujourd'hui (et aussi dans bon nombre de spectateurs), qu'on est obligé de tout expliquer dans le détail. Je m'énerve sans cesse fàce à de nombreux films qui expliquent et ré-expliquent tout en détail, même si qui peut être interpreté librement par le spectateur, mais quand je vois des réactions de certains spectateurs, je me dis que finalement c'est pas bête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul Siry
Colonel Kurtz
Colonel Kurtz


Nombre de messages : 3592
Age : 24
Localisation : St Buryan
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: Predator 1 et 2   Mer 3 Aoû - 2:16

Remarque, tout dépend comme c'est amené. Predator le fait bien, Steak le réussit amplement, c'est de dire à son spectateur en début de film qu'il ne faudra pas réfléchir à ce qu'il s'est passé avant, de toute façon on n'expliquera rien. Comme tout récit, cela dépend de comment c'est fait. Pour prendre deux exemples récents qui me viennent tout de suite en tête mais qui n'ont rien à voir > La solitudes des nombres premiers, dont les explications auraient pu être laissés de côté, a un long moment où l'explication est fortement appuyé mais c'est fait avec un scénario très original, des plans sublimes, une musique terrible et d'une puissance très forte, rien ne m'a lassé. Quant à Insidious, c'est carrément on s'assoit autour d'une table et 2 + 2 = 4, et là j'étais sorti du film qui n'avait plus d'intérêt. Il y a des histoires qui sont faites pour être expliquées, d'autres non.
Cas vraiment excellent pour Usual suspects que j'adore (gros spoiler qui tâche):
Spoiler:
 

Dans le cas de Predator, c'est bien bien mieux comme ça et c'est bien bien mieux pour sa puissance. J'aime beaucoup sa tactique. On affaiblit les soldats pour les tuer chacun dès qu'ils sont isolés. Le mieux étant quand il ne laisse apparaître que son regard. Là, il dit bien au type "Ouais je suis là, tu en doutais maintenant tu en sûr. Je suis plus fort que toi et là je disparais pour que tu ne saches plus où je me caches mais moi je t'observe." Et s'en suit le "CONTAAAAAAAAAAAACT" où tout le monde est sur les nerfs et se fatigue alors que le Predator n'a plus qu'à attendre. Et finalement il n'utilise que peu les armes face aux soldats prêts à tirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxxx
Bill
Bill


Nombre de messages : 342
Age : 24
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Predator 1 et 2   Lun 9 Avr - 20:15

Prédator est le grand chef d' œuvre de Mc Tiernan, la mise en scène est vraiment excellente, le début et le scénario nous laisse croire a un actionner movie banal, mais au fur et a mesure le film prend un tout autres dimension qui ampli a chaque minutes du film pour arrivé au final ou les rôles sont braillement inversé. Le tout est mis en scène d'une manière très intelligente et maîtrisé, avec une tension toujours présente.

Spoilers:
J'ai adoré le rôle de l'Indien qui lui ressent toujours la menace, et surtout ce moment ou il jette son amulette sachant qu'il va y passer et il part affronter le prédator, on entend juste son combat, plus beaucoup d'espoir de survit a ce moment là.
Et les 20 dernière magistrale avec quasiment aucun dialogue ou Schwarzy laisse les armes sophistiqué, contre des armes rudimentaires et un camouflage. Il se transforme en bête sauvage et inverse les rôles, et du coup il déstabilise le prédator qui lui se met a réagir comme le faisait ses précédentes victimes, en tirant n'importe ou sans savoir rien de son adversaire.



Moment bien bourrin ou ils tirent tout ce qu'ils ont sans réfléchir, et quand le nuage de fumer s'estompe on retrouve en arrière plan tout un mur vert de jungle.


Le prédator 2 est bien sympathique il se prend pour ce qu'il est une bonne série B bourrine, ce qui suffit amplement a me satisfaire.

Par contre pour le Predators de Rodriguez là c'est plutôt naz' malgré une idée de départ alléchante d'allé sur une planète des prédators. Mais sans les bonne idées, une bonne mise en scène, un bon traitement des personnage ( Adrien Brody a vraiment pas de gueule dans ce rôle )ect... enfin tout ce qui faisait de Prédator 1, un pur chef d’œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
snake
Don Vito Corleone
Don Vito Corleone


Nombre de messages : 1436
Age : 27
Localisation : j'étais a New York en 1997, et a L.A en 2013
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Predator 1 et 2   Mar 10 Avr - 3:42

Predator 2 on manque de films comme ça aujourd"'hui. De séries B qui s'assument à fond, qui y vont à fond dans la violence.

Predators c'est e film qui se veut hommage au premier sans le comprendre, et qui le ridiculise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Predator 1 et 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Predator 1 et 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You hunted me down like a wolf, a predator ? 16/10 | 20h45
» Conversions de véhicules volés orks
» [Rapport 1500pts] Chaos de Dan VS Crimson Fists de Tarkand
» Ben Arfa Vs Rey Mysterio
» Nashville Predators

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAP :: Les films :: Sagas et films d'horreur :: Sagas et trilogies-
Sauter vers: