BAP

Le Forum Des Cinéphiles Gangsters
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Nos partenairesNos partenaires  

Partagez | 
 

 La saga Rambo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Paul Siry
Colonel Kurtz
Colonel Kurtz
avatar

Nombre de messages : 3592
Age : 25
Localisation : St Buryan
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: La saga Rambo   Mar 29 Mai - 0:08

Bah ouais quand même (pas trouvé de sujet sur la saga entière mais juste sur le dernier opus)


Marqué par ses élèves traumatisés ayant complètement perdus leurs repères à avoir quitté les Etats-Unis de Kennedy, perdre une guerre au Vietnam et revenir dans une Amérique hippie, le professeur David Morell crée en 1972 le personnage de John Rambo à travers un livre traitant du retour au pays d'un béret vert traumatisé par la guerre et errant dans son pays.
L'adaptation cinématographique viendra une dizaine d'années après. Kirk Douglas avait accepté de jouer le rôle du colonel Trautman mais voulait que le scénario soit modifié car il le jugeait trop violent. Stallone refusant toute modification, Douglas abandonna et le rôle fut confié à Richard Crenna. Modification de dernière minute, il y eut toute de même une affiche annonçant dans le film comme vous pouvez le constater.

Ce qui me marque le plus dans ce film, c'est comment on découvre le personnage et sa puissance petit à petit. Par un début optimiste, on fait connaissance avec un gars qui vient revoir un ami avec qui il a fait le Vietnam mais l'enthousiasme est brisé par le simple fait d'apprendre sa mort. Définitivement seul, il va faire la connaissance d'un flic, aux règles à peu près aussi absurde que dans Footloose, qui l'arrête brusquement. Ne disant pas un mot, rien sur son passé, on ne voit qu'un homme seul abusé et bouleversé. On en apprend légèrement plus à travers des micros flashbacks: il fut anciennement torturé et aujourd'hui traumatisé. Et par ce que découvre les flics: c'est un ancien soldat au Vietnam qui avait avec lui un couteau de chasse assez impressionnant. Puis c'est l'escalade dans la violence, s'échappant du commissariat, il se fait poursuivre par les policiers qui n'ont idée que de le coffrer voire le tuer. Un véritable survival où on voit son agilité et sa capacité à s'adapter aux différents milieux naturels à travers des moments de bravoure impressionnants (quand il descend de la paroi et saute dans le vide puis se recoud le bras Shocked ). Puis le point de non-retour est atteint: un policier est tué par légitime violence mais le reste des flics ne l'entendent pas comme ça. Il y a tout de même David Caruso qui flippe parce que le gars, c'est un béret vert. C'est sûr, il aurait ses lunettes de soleil il lui foutrait la branlée direct à ce petit con. S'en suit mon moment préféré: la fameuse scène caméléon où chaque flic est, un par un, attaqué par le fugitif qui impose sa loi dans la nature et, plus fort que tous réunis, les prévient d'une guerre qu'ils n'imagineront pas. Là où un peu d'humanité aurait pu réglé le problème, c'est l'escalade dans la violence. Un survival dans un milieu pas du tout hostile où est recrée une mini-guerre du Vietnam. C'est plus tard que l'on découvrira le second personnage le plus important de la saga: le colonel Trautman qui a entraîné Rambo et l'a commandé. Lui aussi affirme ses capacités et sa force. Rambo fait plus que la guerre, il est la guerre! Plus fort que quiconque et increvable. Je ne parle pas de la fin où Stallone confirme son talent d'acteur et où Rambo prend encore plus d'ampleur. Un personnage culte est né. Parlant du traumatisme du vietnam, First blood ne cire pas les chaussures des USA non plus, le manque douteux de considération et d'aide à la réinsertion des vétérans est fortement pointé du doigt. Un dégoût d'une société qui ne reconnait pas ses vétérans.
Le livre original est bien différent parait-il, je ne l'ai pas lu mais voila ce qu'on me rapporte: le livre apportait un vrai duel entre le personnage du flic et Rambo. Déjà, c'était le républicain contre le démocrate, de plus la différence d'âge fait que le flic pourrait être son père (on sous-entend qu'il a même eu une vie de famille raté car incapable d'avoir une autorité sur un enfant, alors un jeune con qui refuse son autorité en tant que flic) et un vétéran de la Corée contre un du Vietnam. Et les deux personnages étaient autant développés, leurs visions alternant avec les chapitres. Mais pour le film, il a fallu en sacrifier un.








En 1985 sort la suite, RAMBO II: LA MISSION (ça donne envie, non ?). Je pourrais faire le même résumé que Dupontel a fait dans un sketch aussi profond que le film (lien) mais comme il le raconte déjà très bien à sa façon, je vais tenter une approche différente.
Alors au début on voit le colonel Trautman qui va voir Rambo, lui dit qu'en gros il y aurait des prisonniers américains encore au Vietnam. Et Rambo, comme il fut prisonnier lui aussi (et comme il est en tôle aux travaux forcés) il accepte d'aller les aider. Le voici alors de retour au Vietnam que c'est déjà le début des emmerdes: son parachute s'accroche à l'avion et alors qu'il manque de se faire tuer il réussit à se défaire et atterrit sans problèmes dans la jungle. C'est normal, c'est Rambo, il est le plus fort. Ensuite il ne se passe pas grand chose, il marche dans la jungle, tombe amoureux et arrive enfin au village vietnamien où il doit repérer des prisonniers américains. Jusque là, ce n'est pas qu'on s'emmerdait mais presque. Et c'est le drame, découvrant des conditions de vie épouvantables, Rambo désobéit et fout le bordel pour sauver les pauvres prisonniers. Mais alors trahi par son pays, comme ce fut le cas avant, il est refait prisonnier, comme ce fut le cas avant. S'en suit des scènes pitoyables où le personnage est traîné dans la boue par un film pitoyable. Heureusement, Rambo c'est le plus fort et après une évasion très rapide il botte le cul à tout le monde. La suite ? Des muscles énormes, des tirs, des hélicoptères qui tirent, un camouflage dans la boue, un arcs et des flèches à têtes explosives, etc... Du cinéma d'action où toute la profondeur du premier opus est oublié et alors qu'il contestait les USA et l'armée, ici c'est plutôt une pub pour s'engager chez les bérets verts. Heureusement que la réalisation maîtrisée mais sans talent particulier de Cosmatos rend les moments denses et la connerie plus mise en valeur pour amuser. J'ai hésité et finalement pour moi c'est un petit nanar. Et dire que c'est sorti la même année que Rocky IV, un grand moment pour Stallone. Succès commercial immense, Rambo II a eu plein de plagiats plus ou moins obscurs avec son personnage vétéran qui tire à tout-va dans la jungle. Je préfère la reprise italienne par Bruno Mattéi qui est plus drôle, ça s'appelle Strike commando et c'est avec Reb Brown dont la spécialité est de tirer et de crier, tout en finesse.










Rambo vit désormais retiré de toute civilisation et est hébergé chez des moines bouddhistes en Thaïlande. Alors que son pote Trautman vient le voir pour lui proposer une mission, Rambo refuse parce que c'est fini pour lui ces conneries. Mais quand on lui dit que son pote Trautman a été fait prisonnier chez un coiffeur homosexuel, il fait ce qu'il sait faire: y aller pour tous les buter, sans réfléchir.

Bon là non. Il n'est même pas drôle celui-la, c'est juste de l'action bête, limite de la pornographie. Les muscles de Rambo sont encore plus gros et c'est encore plus con. On dirait un faux nanar, il y a quand même du contenu nanar avec ses méchants et ses répliques mais ça ne fait pas le film. D'ailleurs je peux vous en donner une idée: Rambo tire dans tous les sens, a le feu au cul, infiltre un camp super bien (mais alors super bien) gardé super facilement. Le scénario est balancé dans la première moitié du film, la seconde correspond à des hélicos, des chars, des fusils et des russes méchants (normal, ils ont un accent russe). Une accumulation de situations improbables (Rambo tout seul contre un hélicoptère, le duel ultime dans le char, etc...) qui ne m'a même pas plus intéressé que ça. Et fini le gars traumatisé, voici un soldat qui balance des vannes (pas drôles) avec son pote Trautman! Même en comédie c'est raté. Voila, pour ceux qui ne l'ont pas vu vous pouvez avoir une idée de ce que c'est et c'est sûrement la bonne. On peut imaginer le film avant de le voir, la réalisation est d'une banalité totale et ça ne représente pas grand intérêt pour ma part. Et encore, ça m'aurait encore moins amusé si je n'avais pas vu Mon curé chez les nudistes (l'acteur Marc de Jonge qui joue ici le méchant interprétait un coiffeur homosexuel quelques années avant dans une comédie française des plus réussies, ce me fut assez troublant je dois dire).

Par contre, ce film est le potentiel inventeur de la réplique "Dans ton cul" et, rien que pour ça, il mérite tout de même mon respect.






La chaaaaaaaaaaaance Laughing


Un vingtaine d'années après, alors que Stallone veut faire son projet sur Edgar Allan Poe, il se fait entuber par Millenium qui lui demande un quatrième opus de Rambo. Stallone accepte ce film de commande (en attendant, on se demande s'il fera réellement son projet personnel).
Produit par Millenium et Nu image (qui faisaient du nanar d'action fauché dans les années 80, quel plaisir ce fut de voir ces logos à l'écran), le film est une réussite! Dix fois plus violent et réaliste que les précédents opus, Rambo revient, correspondant plus au premier opus qu'à ses deux suites, et il fait extrêmement mal! Dans la lignée de la saga, on dénonce un conflit. Ici, c'est la guerre civile en Birmanie et les villages exterminés. Stallone ne prend pas de gants et nous montre à la gueule des atrocités après s'être documenté. Civils envoyés sur des champs de mines pour le plaisir de soldats, bras tranchés lors de massacres, viols (dont la méthode est apprise aux soldats), le tout dans un réalisme qui prend à la gorge et un sérieux total. L'idée également que rien ne peut changer sans violence est omniprésente. On retrouve un Rambo encore isolé de la civilisation, détaché en Thaïlande et plus pessimiste que jamais. C'est simple, sans armes on ne change rien. Ce qui sera prouvé plus tard par une confrontation avec des pirates où les héros s'en sortent par une tuerie et la violence est contestée par un bénévole. Mais voila, il y a l'idéaliste et celui qui est sur le terrain, et ces deux camps se retrouvent chez Rambo. C'est peut être le gars le plus inoffensif au fond, celui qui renonce le plus à la violence et pourtant c'est la seule chose qu'il sait faire dans la vie. Il incarne la guerre et quiconque s'oppose à lui meurt. Quelle vie de merde quand même.
Le traitement réaliste est époustouflant, pas une balle ni un coup de fouet ne nous est épargné et on y croit à chaque fois, que ce soit dans la boue ou la poussière humide, les personnages et multiples figurants souffrent et on le sent. C'est dans ses dernières minutes que le film est tout bonnement hallucinant. Je n'ai jamais vu une boucherie pareille au ciné et ce fut un pied monstre à prendre. Il doit y avoir plus de morts que de secondes dans cette séquence, c'est frontal, c'est le carnage absolu, l'hommage ultra-gore à La horde sauvage et jamais gratuit! C'est même le paroxysme du message qui est véhiculée tout le long du film et c'est un divertissement monstre. Stallone reprend même une idée de Rambo III, ne reniant certainement pas les deux suites et fait la réunion de l'intelligence du premier opus et des exterminations des autres (il doit y avoir encore plus de morts cette fois). Sans apport numérique, le spectateur prend un pied monumental dans cette séquence et on en rajoute, on en rajoute, bourrin jusqu'au bout et accumulant les cadavres. Profondément nihiliste et hallucinant, je n'ai jamais vu un truc pareil au ciné, on se croirait au beau milieu d'une bataille où aucun opposant n'est passif. Un film d'action aussi jouissif qui ne manque pas d'intelligence, ça faisait longtemps que l'on n'avait pas vu et c'est mieux de finir là-dessus que sur la daube du troisième opus.






A savoir qu'un cinquième film était prévu. Stallone voulait maintenant faire balader son personnage dans divers genres et il y eut un scénario, qui faisait office de crossover avec Predator, où Rambo devait chasser un monstre dans une forêt. Il y avait également l'idée d'un film ultime où le personnage meurt à la fin. Mais tout ceci est tombé à l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
snake
Don Vito Corleone
Don Vito Corleone
avatar

Nombre de messages : 1436
Age : 28
Localisation : j'étais a New York en 1997, et a L.A en 2013
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: La saga Rambo   Mar 29 Mai - 3:05

Tiens je connaissais pas l'anecdote sur Kirk Douglas. Toute façon Richard Crenna = Trautman.

Sinon bah un peu comme la saga Rocky, Rambo a évolué selon l'évolution de son acteur principal.

Rambo est un classique, un date dans l'histoire du cinéma. Un survival viscéral et éprouvant. On est sans cesse sous tension, tant on ressent une incroyable violence qui est enfermée à l'intérieur de Rambo, et qui cherche l'étincelle pour exploser. Des répliques rentrées dans l'histoire (le "c'était pas ma guerre!" aussi mythique et repris aujourd'hui que le "Adrian!" de Rocky), une réal efficace et Stallone exceptionnel. Rambo est un chef d'oeuvre, un vrai.

Rambo 2 c'est le film (avec Rocky 3) qui va lancer la mode des actionners bourrins des 80's, et la mode des gros films d'action propagandistes, anticommunistes, étant le reflet de la politique de Reagan à l'époque. Rambo dans le premier était un soldat traumatisé par la guerre, rejeté par les américains qui ne le comprenaient pas. Ici c'est le représentant de l'Amérique Reaganienne, qui refait le Vietnam, mais cette fois pour la gagner. On nous l'annonce dés le début, avec le dialogue entre Rambo et Trautman dans la prison. Rambo 2 c'est presque un anti-Rambo on pourrait dire, tant il est l'opposé du premier. Stallone n'est plus cet artiste talentueux et intègre des débuts, c'est une mégastar, qui ré-écrit quasi totalement le scénario original écrit par James Cameron, engage un yes man manchot derrière la caméra, et le film fait un carton monstrueux au box office. Et si je dois bien avouer que Rambo 2 reste encore aujourd'hui un plaisir coupable qui me fait toujours autant rire, tant il est caricatural et bourré de scènes d'action façon "on fait tout pèter mais on sait pas pourquoi"; là Siri tu déconnes. Rambo 2 maîtrisé? C'est cadré de traviole et mou du genou! Quand même, Georges Pan Costmatos quoi (Cobra, Tombstone quand même!). Rambo 2 c'est drôle, j'aime bien, mais c'est tout pourri niveau réal.

Rambo 3 c'est un peu pareil, c'est pas meilleur ou plus nul que Rambo 2. La seule différence, c'est que celui là s'est pris un bide au box office. Stallone sortait déjà du bide de Cobra, et voulait se relancer en sortant la même formule que pour Rambo 2, un actioner bourrin qui charge les communistes, et même directement l'U.R.S.S. Après tout pourquoi pas, Rambo 2 et Rocky 4 ont été des cartons au box office, jamais 2 sans 3 comme on dit. Bah oui, sauf que le père Stallone devait pas beaucoup se renseigner sur son pays et sur les relations internationales. Fini la course à l'armement, la propagande anti U.R.S.S., Gorbatchev est au pouvoir depuis 2 ans, et s'est rapproché des Etats-Unis et de Reagan, en 87 les russes ne sont plus les ennemis. Résultat, le public ne suit pas Rambo et le film prend un sacré bide. Un truc qu'avait vu venir Schwarzy, qui lui sort la même année Double Détente, ou il joue un agent du KGB qui vient aux Etats-Unis pour devenir pote avec un flic américain, et qui va se rendre compte que les USA c'est vachement cool! Double Détente avait bien marché. Rambo 3 est donc un peu passé dans l'oubli, pourtant il est pas plus nul que Rambo 2, et oui, la réplique "dans ton cul!" vaut à elle seule le coup d'oeil.

John Rambo retourne aux sources. Le perso de Rambo est la vraie continuité de celui du premier épisode, et Stallone veut revenir aux fondamentaux: actioner hardcore dans la lignée des 70' et 80's. Alors oui c'est parfois moche, les fx sont foireux, c'est parfois cadré à l'arrache, mais c'est un pur film d'action old school comme on en voyait plus, hardcore, sans temps mort, qui redonne une seconde vie au personnage.

Malheureusement Stallone ne devrait pas s'arrêter à 4, c'était pourtant la meilleure fin possible.

Petit bonus:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul Siry
Colonel Kurtz
Colonel Kurtz
avatar

Nombre de messages : 3592
Age : 25
Localisation : St Buryan
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: La saga Rambo   Mar 29 Mai - 23:47

Disons que j'ai senti une vraie détermination chez Cosmatos, lui sait ce qu'il veut faire et chaque plan est pensé contrairement au réalisateur qui livre un truc banal et sans âme. C'est ce que j'ai ressenti, et c'était pareil devant Cobra! Disons que c'est carré plutôt que maîtrisé. En tout cas, il a rendu Rambo 2 drôle contrairement au 3 qui est lourd.

C'est dommage aussi la mauvaise réputation que ce traîne le premier film à cause de sa suite. Ce n'est même pas un film d'action (un seul mort dans le film!) et plus que "C'est pas ma guerre!", c'est toute la tirade qui m'a impressionné.

Le sketch des nuls! Excellent celui-la, la confusion sandwichs/otages me fait toujours bien rire. "Tu veux qu'on envoie Schwarzenegger ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
snake
Don Vito Corleone
Don Vito Corleone
avatar

Nombre de messages : 1436
Age : 28
Localisation : j'étais a New York en 1997, et a L.A en 2013
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: La saga Rambo   Dim 3 Juin - 5:26

Je n'ai senti aucune motivation particulière de la part de Cosmatos comme celle de McDonald. Ce sont juste 2 serpillières amenées par Stallone trop fainéant à l'époque pour réaliser lui-même le film, et qui faisaient simplement (mal) ce que Stallone voulait. Rien qu'en qualité de mise en scène, un film comme Rocky 4, aussi involontairement drôle et moralement à gerber soit-il, est mille fois mieux réalisé que les deux Rambo.

Bah malheureusement Stallone s'est caricaturé lui-même (et ses deux personnages par la même occasion) avec les suites. Que ce soit avec Rocky (à partir du 3) et Rambo, il les a caricaturés. Quand j'étais môme et que j'entendais parler de Rambo, la seule image que je voyais c'était le super soldat américain surarmé qui va pèter la gueule à tout la monde. Et ce jusqu'à ce que je découvre le premier Rambo. Après ça a surtout de l'effet sur ceux qui n'ont pas vu les Rambo, ou juste le 2e ou 3e, ceux qui connaissent le premier savent faire la différence.

Les guignols aussi ont utilisé Rambo:


mdr le montage photoshop tout pourri à la fin



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxxx
Bill
Bill
avatar

Nombre de messages : 342
Age : 25
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: La saga Rambo   Dim 3 Juin - 6:19

Niveau parodie de rambo il y a aussi Hot shots 2, que je trouve bien sympa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paul Siry
Colonel Kurtz
Colonel Kurtz
avatar

Nombre de messages : 3592
Age : 25
Localisation : St Buryan
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Re: La saga Rambo   Dim 3 Juin - 23:55

Tout pareil pour l'image de Rambo, avant de découvrir le premier c'était vraiment le guerrier invincible qui bute par dizaines pour moi. J'ai même cru qu'après la scène d'ouverture le film ne serait qu'un flash-back sur le vietnam. Et donc une excellente surprise au final.

J'ai trouvé sur le forum devildead un petit comparatif détaillé du film et du livre. Je vous le mets ici, bien évidemment le taux de spoiler est très élevé (mais pas autant que le bodycount du quatrième film).

Spoiler:
 

Et puis:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
snake
Don Vito Corleone
Don Vito Corleone
avatar

Nombre de messages : 1436
Age : 28
Localisation : j'étais a New York en 1997, et a L.A en 2013
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: La saga Rambo   Mar 5 Juin - 20:13

Dans le 4e film le cauchemar de Rambo spoile même pas le premier Rambo puisqu'il nous montre l'inverse, il nous montre une image de la fin alternative:
Spoiler:
 

Les Inconnus comme d'hab ont tout compris! Sketch génial
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La saga Rambo   

Revenir en haut Aller en bas
 
La saga Rambo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saga de chez Studio tomahawk
» Fan club d'excel saga
» SAGA, c'est parti !
» Un Scenario Saga: Le Raid
» Sondage pour Saga: après Kirk Douglas, qui va integrer ma bande !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAP :: Les films :: Sagas et films d'horreur :: Sagas et trilogies-
Sauter vers: